Cinéma italien contemporain Un enseignant du Collège en conférence à Bloomington

Cinéma italien contemporain Un enseignant du Collège en conférence à Bloomington

Carlo Mandolini professeur et coordonnateur du programme Arts, lettres et communication au Collège André-Grasset,, a participé, à titre de conférencier, à la huitième édition du « Film Symposium on New Trends in Modern and Contemporary Italien Cinema » organisée par l’Université d’Indiana en avril dernier.

À l’occasion de cet événement dédié aux grands enjeux du cinéma italien, M. Mandolini a offert une présentation intitulée « Impegno e disimpegno in the New Italian Cinema » s’attardant aux changements observés dans les films des réalisateurs de différentes époques.

« J’ai essayé d’expliquer comment, à mon sens, nous sommes au début d’une nouvelle aire d’implication sociale. Nous reparlerons éventuellement de politique au cinéma, mais, pour l’instant, nous allons revenir à l’individu », résume M. Mandolini.

À l’image du cinéma québécois, le cinéma italien est né politique. Au sortir des années 40, après une guerre ayant déstabilisé la planète, les cinéastes italiens étaient à la recherche de paramètres sociopolitiques. « L’idée était de dire : ‘‘On sort d’une destruction totale au niveau politique, social et humain. Comment reconstruit-on un pays’’ », explique l’enseignant.

Les réalisateurs des années 90 ont rompu avec cette tendance en proposant une approche psychologique d’ailleurs critiquée par leurs prédécesseurs. Ces derniers leur reprochaient d’être centrés sur eux-mêmes et de ne pas remplir leur obligation morale de prendre part au débat social. En réponse à ce blâme, Carlo Mandolini précise l’utilité des productions axées sur l'individu : « Pour avoir un rôle dans l’échiquier politique, il faut se comprendre et connaître son rôle. »

En octobre dernier, les connaissances cinématographiques de M. Mandolini ont également été sollicitées lors du symposium «The Cinema of Ettore Scola» mis sur pied par l’Université de Wake Forest à Venise.