Grasset signe le Pacte de l’école québécoise - Collège André-Grasset

Le Collège André-Grasset a signé officiellement, le 20 janvier dernier, le Pacte de l’école québécoise à l’occasion d’une cérémonie réunissant Dominic Champagne, militant écologiste, la direction générale, les membres du personnel ainsi que la communauté étudiante. L’établissement s’est ainsi engagé à être un vecteur de changement et à adopter des mesures concrètes pour limiter son empreinte écologique.

« Nous vivons aujourd’hui une journée historique, a affirmé d’entrée de jeu Patrick Caron, directeur général du Collège André-Grasset. En endossant le Pacte, nous faisons le choix d’agir et de jouer un rôle de sensibilisation. Le changement passe par l’implication des entreprises et les valeurs qui nous habitent doivent se refléter dans nos décisions. »

Au cours des deux dernières années, le Collège a multiplié les initiatives afin d’être proactif dans la lutte aux changements climatiques. Avec la tenue d’une semaine d’actions environnementales, la concrétisation d’un projet d’efficacité énergétique, la création d’un laboratoire d’agriculture urbaine et l’intégration d’un système de géothermie au niveau des infrastructures sportives, la communauté grasséenne aspire à devenir une référence au sein du réseau collégial.

« Il est important d’avoir de bons modèles, d’identifier les meilleures pratiques et de les implanter. Je suis impressionné des progrès que vous avez réalisés », a souligné M. Champagne en prenant connaissance des efforts déployés.

Lors de son allocution, ce dernier a profité de sa tribune pour marteler aux étudiants présents l’importance de se mobiliser. « La plus grande autorité morale dans la lutte aux changements climatiques, c’est vous. La jeunesse du monde est en droit d’exiger un avenir! Il faut s’y mettre collectivement », a conclu Dominic Champagne sur une note inspirante.